Dreamer Image Post

Paris 16 – Le Bourdonnec

marieflore

Adresse :
172 Avenue Victor Hugo – 75016 Paris

Métro :
Métro ligne 2 – Victor Hugo
Métro ligne 9 – Rue de la Pompe
RER C – Avenue Henri Martin

Tél : 01 47 04 03 28

Horaires d’ouverture :
du mardi au vendredi de 09h00 à 13h00
et de 15h00 à 19h30
le samedi de 09h30 à 13h00
et de 14h30 à 18h00

Responsable de la boucherie :
Marie Flore Keumegne
assistée de Yann Le Bourdonnec


« Marie Flore, j’ai 10 personnes ce soir, qu’est-ce que tu me proposes ? »

« Avant d’être bouchère, j’étais en fac de sciences éco, mais çà ne me plaisait pas trop. J’avais 23 ans et un enfant, et plutôt envie de me lancer dans la vie active. Je suis d’origine camerounaise, mon père était diplomate et ma mère tenait un restaurant. C’est en cherchant du travail à Pôle Emploi que j’ai vu des affiches sur la boucherie. J’avais fait deux années de cuisine avec ma mère et j’ai décidé de découvrir ce métier. Je me suis donc présentée à l’École de la Boucherie de Paris, mais là l’accueil a été plutôt mitigé ! Pensez donc, une femme, mère célibataire et black ! A ce moment-là, Yves Marie cherchait des apprentis et c’est lui qui a insisté pour qu’on lui envoie mon CV. C’est comme ça qu’on s’est rencontrés. Il m’a dit : « si l’école te prend, je te prends ! »

En attendant la rentrée, j’ai fait un stage à Asnières au Couteau d’Argent. C’était en 2005 et je suis toujours là ! Ça n’a pas été facile tout de suite, mais dès le début ,en venant travailler tous les matins, je sentais une vraie motivation. Et aujourd’hui encore, je suis très motivée. Avec Yves Marie, on n’a pas l’impression d’être dans une boucherie, du moins pas dans une boucherie comme les autres, c’est comme si on était un artiste, on crée quelque chose. Dès le départ, il m’a donné une vraie liberté pour faire les choses à ma façon. Quand il faisait une préparation il me demandait mon avis « goûte, dis-moi ce qu’on pourrait rajouter… ».  Du coup, je fais mes propres créations.

marieflore2

C’est sûr : reprendre la boucherie historique Lamartine du 16ème arrondissement, j’appréhendais un peu. Passé le premier étonnement de découvrir une femme aux manettes, quand les gens m’ont vu travailler, ça les a mis en confiance et voilà, le tour est joué ! Il y a une grosse part de relationnel, car beaucoup de gens ne savent pas trop ce qu’ils veulent et ont envie qu’on les conseille. Ils me disent « Marie Flore, j’ai 10 personnes ce soir, qu’est-ce que tu me proposes ? »

Ma spécialité : les saucisses c’est moi qui ai créé les recettes.  J’ai repris la recette de base mais en cherchant à l’améliorer. Une saucisse, ce n’est pas un « pot pourri », on peut l’agrémenter. Je prends une chipolata, je hache de la tomate confite dedans et je rajoute un peu de coulis de tomate au basilic frais, pour qu’on sente que ce sont des aliments qui ont du goût. Dans les saucisses aux herbes qui sont toujours un peu acides, je rajoute du miel pour adoucir. J’aime bien aussi faire des préparations à base d’agneau : gigots aux herbes, épaules aux herbes, ou alors des gigots totalement confits.

×